Notes d’atelier… Yves Baudry

La peinture me permet d’entrevoir la Lumière et la Musique de cet endroit inaccessible et inconnu où j’ai besoin d’être. (Guérande, 2012).

Je vis ma peinture comme une exploration d’elle-même. Je laboure et creuse le même sillon depuis toujours, j’y récolte et je
re-sème tout ce que j’y trouve au fur et à mesure. Récolter ce qui vient de germer, peut-être de mûrir, et en ressemer les grains devant la charrue et le soc de la création. Telle est le sens profond de ma quête. Il n’y a pas de conditions préalables. Juste une nécessité intérieure quotidienne, permanente, une énergie intime que je connais sans rien savoir d’elle. Elle est MA force de vie.

La peinture me procure ce sentiment subtil d’une huile essentielle de Vie qui me met à l’écoute amplifiée du Monde. Du silence le plus blanc jusqu’au hurlement primitif de l’Univers.

La force et l’énergie que je cherche et tente d’exprimer sont paradoxalement dans la connaissance intime de la fragilité du monde.

La peinture est l’estuaire suprême de mon fleuve qui cherche l’océan… (atelier 2013).

L’acte de peindre me procure ce très intense sentiment, jusqu’à l’incandescence, d’être présent au monde, en pleine conscience.

La Lumière est une résurrection permanente. Peut-être l’unique raison d’ouvrir les yeux.

L’Art et la Peinture sont définitivement le chemin le plus court entre le cœur et l’esprit, entre l’être et l’autre.

J’explore en peinture le dialogue inachevé fondamental entre un Impressionnisme contemporain non figuratif et l’Abstraction lyrique.  (atelier 2014).

Phrases d’artistes qui alimentent mes recherches :

« L’émotion est le germe, l’œuvre est éclosion ».

« C’est l’artiste qui doit nourrir la peinture, la nourrir de sa chair, de son esprit, quasiment jusqu’à ce qu’il en perde connaissance, qu’il en perde son sang profond… L’art est une blessure qui devient lumière ».

« Le but de la peinture n’est pas le souci de reconstituer un fait anecdotique mais de constituer un fait pictural ».
Georges Braque

« C’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche ».
Pierre Soulages